Les Bibliomaniaques anonymes
Je veux lire et m'en rendre ivre
ivre de livres.
"Je veux me noyer,
dans les mots oublier,
sur les phrases m'envoler,
me droguer aux métaphores
et planer encore.
Car je peux explorer sans bouger,
partir loin dans des trips incertains
un long voyage entre les pages
dont le tracé des lettres m'indique le chemin.
Je suis Bibliomaniaque, camée aux bouquins."

Les Bibliomaniaques anonymes

Pour toutes celles et ceux qui sont atteints de bibliodépendance... Et les autres, aussi!! N'hésitez pas à nous rejoindre on ne dévore que des bouquins par ici
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

En attendant Godot, Samuel Beckett.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Màda
Rat de Bibliothèque
avatar
Messages : 150
Localisation : Utopie
Humeur : Bonne!
MessageSujet: En attendant Godot, Samuel Beckett. Sam 10 Aoû - 16:41


4e de couverture :

Vous me demandez mes idées sur « En attendant Godot », dont vous me faites l’honneur de donner des extraits au Club d’essai, et en même temps mes idées sur le théâtre.
Je n’ai pas d’idées sur le théâtre. Je n’y connais rien. Je n’y vais pas. C’est admissible.
Ce qui l’est sans doute moins, c’est d’abord, dans ces conditions, d’écrire une pièce, et ensuite, l’ayant fait, de ne pas avoir d’idées sur elle non plus.
C’est malheureusement mon cas.
Il n’est pas donné à tous de pouvoir passer du monde qui s’ouvre sous la page à celui des profits et pertes, et retour, imperturbable, comme entre le turbin et le Café du Commerce.
Je ne sais pas plus sur cette pièce que celui qui arrive à la lire avec attention.
Je ne sais pas dans quel esprit je l’ai écrite.
Je ne sais pas plus sur les personnages que ce qu’ils disent, ce qu’ils font et ce qui leur arrive. De leur aspect j’ai dû indiquer le peu que j’ai pu entrevoir. Les chapeaux melon par exemple.
Je ne sais pas qui est Godot. Je ne sais même pas, surtout pas, s’il existe. Et je ne sais pas s’ils y croient ou non, les deux qui l’attendent.
Les deux autres qui passent vers la fin de chacun des deux actes, ça doit être pour rompre la monotonie.
Tout ce que j’ai pu savoir, je l’ai montré. Ce n’est pas beaucoup. Mais ça me suffit, et largement. Je dirai même que je me serais contenté de moins.
Quant à vouloir trouver à tout cela un sens plus large et plus élevé, à emporter après le spectacle, avec le programme et les esquimaux, je suis incapable d’en voir l’intérêt. Mais ce doit être possible.
Je n’y suis plus et je n’y serai plus jamais. Estragon, Vladimir, Pozzo, Lucky, leur temps et leur espace, je n’ai pu les connaître un peu que très loin du besoin de comprendre. Ils vous doivent des comptes peut-être. Qu’ils se débrouillent. Sans moi. Eux et moi nous sommes quittes.

Samuel Beckett, Lettre à Michel Polac, janvier 1952


Avis :

Je m'attaque à du lourd, j'en ai parfaitement conscience.
Comment donner son avis sur du théâtre de l'absurde...et encore, on me demande pas une analyse, j'en serais incapable.
Bon, si vous êtes facilement perturbable, ne lisez jamais cette pièce, ne lisez jamais Beckett, ne lisez jamais d'ABSURDE.
Même moi, j'ai failli m'arracher les cheveux parfois. Je vous montrerais des citations, ne vous en faites pas...
On va dire qu'une lecture comme ça, histoire de lire ( et pas histoire de vous reposer, oubliez le repos avec de l'absurde ), vous lirez et ne comprendrez rien. A lire comme ça, on y voit pas forcément l'intérêt, on comprend le tiers des mots...c'est un gros n'importe quoi et on s'y perd. Trop philosophique pour être compris, faut croire.
J'ai eu la chance d'étudier un extrait de deux de ses pièces en cours, du coup j'ai pu avoir une "analyse" de ce qu'il veut faire passer...du coup quand je l'ai lu ça a été plus simple de comprendre, mais sinon je pense qu'il faut une deuxième lecture pour arriver à un "sens".
Après, ça reste intéressant, la condition de l'homme, l'incommunicabilité, le non-sens de la vie sur terre... Mais woooow par l'absurde c'est difficile à comprendre. Toutefois, plus divertissant qu'un essai, mais au prix de quelques coups de tête dans le mur.
Bref, j'ai l'impression de raconter n'importe quoi, Beckett sors de ce corps, j'essaie de donner mon avis et je sens que je tourne en rond tellement cette pièce est indescriptible.

Voilà les citations que je vous avais promis :

• "Vladimir (épaté) - Un fossé ! Où ça ?
Estragon (sans geste) - Par là."
• "Estragon - Je m'en vais. (Il ne bouge pas)"


____________________________

"Je ne peux pas me passer de sexe. J’adore ça. Ceux qui ne m’aiment pas ou que j’ai plaqués me traitent de salope. D’autres, plus polis mais tout aussi frustrés, de nympho. Tous me désirent." - Anna Galore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lili
Rat de Bibliothèque
avatar
Messages : 296
Localisation : Au milieux de bouquins et de dessins <3
Humeur : rêveuse (comme d'hab)
MessageSujet: Re: En attendant Godot, Samuel Beckett. Lun 12 Aoû - 21:58

Yop je l'ai lu et vu.... Et je dois protester sur le fait que c'est incompréhensible: lu, peut-être, mais il ne faut pas oublier que c'est du théâtre avant tout et que la mise en scène peut donner du sens a pas mal de trucs.
Après okay, c'est Beckett, c'est de l'absurde et c'est donc normal qu'on ne comprenne pas vraiment tout x) et c'est vrai que c'est assez perturbant... Surtout cet auteur la, je le trouve assez déprimant *l'a étudié au lycée* assez pessimiste.... Même si la mise en scène que j'avais vu était vachement bien *-*

____________________________

Je veux lire et m'en rendre ivre, ivre de livres.
Et mon sang est d'encre et mon cœur de papier, et je ne peux qu'écrire, dessiner et rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Màda
Rat de Bibliothèque
avatar
Messages : 150
Localisation : Utopie
Humeur : Bonne!
MessageSujet: Re: En attendant Godot, Samuel Beckett. Lun 12 Aoû - 23:10

Moi aussi je l'ai étudié au lycée, et déprimant, boh...pas quand on lit ses pièces comme ça! Certes, avec l'analyse, le point de vue change, mais ça se ressent pas forcément en lisant ses pièces.
Justement, j'ai jamais vu de mise en scène de Beckett. J'regarderais si y'a des trucs sur youtube ( en plus faut que j'mate Lorenzaccio...enfin faudrait d'abord que j'le finisse! -_- )

En tout cas c'est incompréhensible mais je trouve quand même ça sympa à lire, je sais pas si j'l'avais précisé donc ne vous méprenez pas, j'aime bien même si c'est space ( et puis j'aime les trucs spaces ) !

____________________________

"Je ne peux pas me passer de sexe. J’adore ça. Ceux qui ne m’aiment pas ou que j’ai plaqués me traitent de salope. D’autres, plus polis mais tout aussi frustrés, de nympho. Tous me désirent." - Anna Galore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: En attendant Godot, Samuel Beckett.

Revenir en haut Aller en bas

En attendant Godot, Samuel Beckett.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» En attendant Godot - Samuel Beckett
» [Beckett, Samuel] En attendant Godot
» FIN DE PARTIE de Samuel Beckett
» Samuel BECKETT
» Samuel Beckett

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Bibliomaniaques anonymes :: Bibliothèque :: E/F/G/H-