Les Bibliomaniaques anonymes
Je veux lire et m'en rendre ivre
ivre de livres.
"Je veux me noyer,
dans les mots oublier,
sur les phrases m'envoler,
me droguer aux métaphores
et planer encore.
Car je peux explorer sans bouger,
partir loin dans des trips incertains
un long voyage entre les pages
dont le tracé des lettres m'indique le chemin.
Je suis Bibliomaniaque, camée aux bouquins."

Les Bibliomaniaques anonymes

Pour toutes celles et ceux qui sont atteints de bibliodépendance... Et les autres, aussi!! N'hésitez pas à nous rejoindre on ne dévore que des bouquins par ici
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

Bashir Lazhar, Evelyne de la Chenelière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lili
Rat de Bibliothèque
avatar
Messages : 296
Localisation : Au milieux de bouquins et de dessins <3
Humeur : rêveuse (comme d'hab)
MessageSujet: Bashir Lazhar, Evelyne de la Chenelière Sam 13 Oct - 22:00

Résumé:
(pour une fois je vais vous le faire au lieu de recopier celui de la 4ème de couv' parce que je le trouve pas sur le net et que j'ai pas le bouquin sous la main. Tant qu'à faire je précise que c'est une pièce de théâtre publiée à la suite d'une autre pièce, "Au bout du fil", que je n'ai pas lue. Donc je ne parlerais que de "Bashir Lazhar".)

Donc! Il s'agit de l'histoire de Bashir Lazhar, algérien qui vit à Montréal et vas enseigner le français à une classe de 6° en remplacement de l'ancienne prof, qui s'est pendue dans la salle de classe. En gros, tout est là.




Mon avis (purement subjectif)

Ça faisait longtemps que je voulais parler de cette pièce, depuis le jour où je l'ai découverte et travaillée lors de mes cours de théâtre au lycée... Et si je me suis enfin décidée à en parler aujourd'hui c'est parce que je reviens du ciné où j'ai vu le film qui a été adapté de la pièce, alors pour une fois je vais parler des deux en même temps.

Surtout que pour une fois je suis en admiration devant une adaptation filmique d'un livre que j'ai déjà lu. Certes, il y a quelques (minimes) différences et le ton est plus sérieux dans le film mais dans l'ensemble j'ai vraiment trouvé que c'était un beau film, et qui respecte bien l’œuvre originale, l'enrichissant même.
En effet, la pièce étant un monologue (au découpage parfois surprenant, composé de flash-backs qui nous baladent un peu partout dans le temps) elle est donc focalisée sur le point de vue de Bashir, le "narrateur". Le film en revanche se concentre plus sur les enfants, développant leurs histoires et personnalités respectives (sans pour autant occulter celle de Bashir).
Ce que j'ai aimé particulièrement dans cette pièce, c'est qu'elle ne tombe pas excessivement dans l’apitoiement ou dans le pathétique. Oui, le suicide de la prof dans sa salle de classe est tragique et a marqué les enfants, oui Bashir Lazhar a une histoire terrible, oui, la pièce est marquée par le chagrin... Mais elle est aussi drôle, parfois poétique, et personnellement je ne l'ai pas du tout trouvée déprimante. Ça ne veut pas dire pour autant que la souffrance des personnages est tournée en dérision ou quoi que ce soit, il y a quand même des passages à faire monter les larmes aux yeux (surtout s'ils sont bien joués, n'oublions pas qu'il s'agit d'une pièce de théâtre) mais il n'y a pas que ça, c'est une pièce riche.
Comme je l'ai dit plus tôt, le film en revanche est moins drôle mais n'en est pas déprimant pour autant, surtout que certains éléments de la pièce ont été un peu adouci, notamment concernant l'histoire personnelle de Bashir. (mais comme je me suis attachée au personnage ça me dérange pas xD)

Ce qui est intéressant aussi, c'est que Bashir Lazhar introduit une réflexion sur plusieurs points. La mort, évidement, mais pas seulement (et d'ailleurs je ne pense pas que ce soit la question principale de l’œuvre, même si elle est présente presque tout le temps d'une façon ou d'une autre -surtout dans le film). Il y surtout la question des suites, de comment gérer une classe d'enfants qui ont vécu cela? Les adultes ont-ils vraiment envie d'écouter ce qu'ils ont à leur dire? Je pense que la question est surtout là, dans le décalage entre les enfants et les adultes, que ce soient le personnel du collège ou leurs parents. Et la plupart des adultes n'a pas forcément envie d'en entendre parler, se contentant de refiler la classe à une psychologue pour se donner bonne conscience (Dit comme ça c'est très brusque ce que je viens d'écrire, et je pense que c'est à nuancer aussi... Mais il n'empêche qu'on peut parfois le voir comme ça.)
Et bien évidement, des questions politiques sont abordées, avec l'histoire personnelle de Bashir...

En conclusion je dirais donc que c'est une pièce que j'ai vraiment adorée, ainsi qu'un film que j'ai trouvé beau, tant dans son histoire que dans la façon dont il a été filmé, et dont le personnage principal est très bien joué (pour une fois que je peux dire "je l'imaginais presque exactement comme ça!" à propos d'un perso adapté en film, jvais pas me priver.... x) Une œuvre intéressante qui peut amener à réflexion...

...Ah, et concernant le film, c'était assez sympas d'entendre l'accent Québécois!! xD

____________________________

Je veux lire et m'en rendre ivre, ivre de livres.
Et mon sang est d'encre et mon cœur de papier, et je ne peux qu'écrire, dessiner et rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bashir Lazhar, Evelyne de la Chenelière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» PRISONNIERE DES MONGOLS de Evelyne Brisou-Pellen
» [b]De l’autre côté du ciel, d’Evelyne Brisou-Pellen
» tata Evelyne
» [Morin-Rotureau, Evelyne] 1914-1918: Combats de femmes.
» [Lever, Evelyne] Marie-Antoinette. Journal d'une reine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Bibliomaniaques anonymes :: Bibliothèque :: A/B/C/D-